Vous le savez, les histoires inspirantes sont souvent pleines d’enseignements. Celle-ci n’échappe pas à la règle.

Le Sultan qui avait perdu toutes ses dents

Vous pouvez retrouver cette histoire dans le livre La Métaphore : voie royale de la communication, de Gérard Szymanski.

 

Un jour, le sultan rêva qu’il avait perdu toutes ses dents.

Il se réveilla, effrayé, et fit venir un homme sage pour interpréter son rêve.

« Quel malheur ! dit le sage. Chaque dent perdue représente la perte d’un proche parent de Votre Majesté.

– Insolent ! s’écria le sultan. Comment oses-tu dire une chose pareille ? »

Le sultan appela les gardes et ordonna qu’on lui donne cent coups de fouet. Puis, il exigea qu’on appelle un autre sage, afin d’interpréter son rêve.

L’autre sage lui dit :

« Majesté, un grand bonheur vous est réservé ! Le rêve indique que vous allez survivre à tous vos proches ! »

Le visage du sultan s’éclaira et il fit donner au sage une centaine de pièces d’or.

Quand celui-ci sortit du palais, un courtisan lui demanda :

« Comment est-ce possible ? L’interprétation que tu as faite est la même que celle de ton collègue et pourtant, il a reçu des coups, alors qu’on te donne des pièces d’or !

– Rappelle-toi toujours, l’ami, dit le sage, que tout dépend de la manière dont on dit les choses.

(c) Gérard Szymanski

Cette histoire met clairement en évidence l’importance de la communication. Pour faire passer un message, il ne faut pas oublier qu’il est caractériser par deux choses : Le fond et la forme.

Le fond du message

Le fond du message, c’est l’information elle-même. On ne peut pas réellement modifier le fond d’un message. Dans l’histoire du Sultan, le fond est le même dans les deux interprétations. Mais la forme de ce message est différente.

La forme que vous adoptez pour faire passer un message est plus importante que le message lui même, surtout quand il s’agit d’une mauvaise nouvelle.

La forme du message

Dans la forme du message, vous retrouverez toutes les techniques de communication qui permettent d’amener une mauvaise nouvelle. Je vous ai déjà parlé d’une de mes préférée, la méthode du Sandwich, qui consiste à envelopper la partie négative entre deux tranches de positif. Elle est très efficace dans la plupart des cas.

Lorsque vous voulez faire passer un message, quel qu’il soit, faites le comme si c’était une bonne nouvelle, essayez de positiver et de mettre en avant les bons côtés. Il y en a toujours. En gros, efforcez vous de voir le verre à moitié plein. Vous trouverez ainsi naturellement une manière plus « douce » de faire passer ce message.

Dernier conseil, utilisez des verbes et des mots positifs. C’est ce que fais le deuxième sage de l’histoire… Et il faut également éviter les adverbes (ou autres mots) qui laissent planer des doutes.

Par exemple: imaginez vous à bord d’un avion juste avant le décollage, le commandant de bord annonce :

  • « Bonjour à tous, (…) Normalement, il ne devrait pas y avoir de soucis pendant le vol. Aucun retard n’est prévu pour ce vol. Attachez-vos ceinture, je vais essayer de décoller.« .

Êtes-vous rassurés? Bien sûr que non, pourtant le message en lui même n’a rien d’inquiétant.

Mais l’utilisation des mots « soucis » et « retard » fait directement naitre ces hypothèses dans votre imaginaire. En ajoutant une couche de « normalement » et de « essayer« … c’est sûr, vous voilà paniqué.

Si le commandant de bord regardait les vidéos de Otaket.. il aurait sûrement dit quelque chose du genre :

  • « Bonjour à tous, (…) Les conditions de vols sont idéales et vous serez à l’heure pour déjeuner. Maintenant, installez vous confortablement, nous allons décoller.« .

N’est-ce pas plus rassurant ?

Vous aussi, maintenant, faites preuve de sagesse lorsque vous communiquez.

Utilisez-vous d’autres méthodes? N’hésitez pas à les partager avec nous 😉