Comment attirer des milliers de visiteurs gratuitement sur ton site ? 

Si tu aimerais que la courbe du nombre de visiteurs sur ton site soit en pleine augmentation, que cela soit progressif, ou bien soudainement, il va te falloir donner ici toute ton attention

Car aujourd’hui, tu as droit à une formation complète sur le SEO ou référencement naturel. Soit comment attirer des visiteurs gratuitement sur ton site grâce à Google en 2019. 

Ici, je vais te donner tout ce que j’ai appris durant ces huit dernières années en ligne. 

Pour information, jusqu’à début 2019, mes revenus étaient essentiellement issus du référencement naturel, avec des visiteurs gratuits.  

Ainsi, j’ai notamment lancé des sites d’e-commerce générant des milliers d’euros par mois, gratuitement. Mais aussi, avec ma femme, nous avons un blog qui en a fait de même.

Durant cette formation, nous allons commencer par voir les avantages et les inconvénients du référencement naturel aujourd’hui, et s’il est toujours utile aujourd’hui de l’utiliser. Mais aussi, nous allons voir ensemble toutes les notions de base, comme les liens, ancres et autres conseils à suivre. 

Certes, je ne suis absolument pas un expert en référencement, ce n’est pas ma profession. Ici, je vais donc te simplifier l’apprentissage, sans être trop technique afin que tu comprennes plus facilement. 

Cependant, si tu te sens beaucoup plus à l’aise, cela ne sert strictement à rien de commenter sur ce dont je n’ai pas parlé. Plutôt, tu peux enrichir la vidéo dans les commentaires avec tes connaissances. 

Ici, il s’agit plutôt de reprendre les bases pour ceux qui n’ont jamais été en contact avec le SEO.

D’abord, quels sont les avantages et les inconvénients du référencement selon moi ? 

En premier lieu, en ce qui concerne les avantages, il s’agit de trafic gratuit et stable

Sauf changement radical, il est possible voire probable que, en faisant 5000 visiteurs en juillet, cela continue dans les mois suivants. Du moins, si tu es placé(e) sur un mot clé non soumis à des saisons, ton trafic reste relativement prédictible. D’un mois sur l’autre, il restera le même, ou bien suivra logiquement ton travail sur le référencement. Sauf en cas de grosse mise à jour de Google, où tu peux par exemple passer subitement de 1000 à 200 visiteurs. 

Puis, autre avantage, parlons des résultats dits passifs. Aujourd’hui, pour attirer du trafic, il existe des moyens comme les réseaux sociaux, la publicité ou bien le SEO. Une fois que ton système est mis en place, tu devrais avoir de plus en plus de trafic. Cela va continuer, même sans avoir besoin de publier ou bien de payer. A l’inverse, cela ne fonctionne pas sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui encore, certains articles écrits en 2012 me rapportent encore. Tout comme certaines vidéos sur Youtube, qui attirent encore des visiteurs. Certes, ce que l’on va voir aujourd’hui est bien sûr pour le trafic écrit, mais s’applique aussi en partie aussi au référencement sur Youtube, notamment pour l’aspect contenu et technique. 

Enfin, parlons de l’effet cumulé, soit chaque effort que tu vas mettre sur le référencement de ton site va consolider l’ensemble. Autant dire que le début reste long à mettre en place. Cependant, lorsque tout semble prêt, les résultats peuvent se révéler impressionnants.

Puis, du côté des inconvénients, cela peut être long. En d’autres termes, si aujourd’hui, tu as suffisamment d’argent pour investir dans la publicité, tu peux avoir des visiteurs dès le lendemain. Mais, en référencement, il te faudra probablement plusieurs mois avant d’obtenir des résultats visibles

Puis, le SEO peut sembler compliqué lorsque l’on n’y connaît rien. Sans l’être plus que la publicité Facebook, les règles peuvent cependant parfois évoluer. 

Sans compter le risque présent, puisque si le trafic reste relativement stable, encore faut-il que Google reste de ton côté. Car si celui-ci décide de blacklister ton site, le trafic de ton site peut alors complètement s’effondrer. Seulement, en faisant les choses correctement, tout devrait bien se passer. Car en ayant lancé une centaine de sites internet, je ne me suis fait blacklisté qu’une fois, lors de la mise à jour de Google Pingouin en 2012. Tout ça, à cause d’erreurs dont je vais justement te parler plus loin. 

En 2019, le référencement est-il toujours utile ? 

Aujourd’hui, il ne faut pas oublier que Google reste le premier moteur de recherche mondial. Lorsque l’on cherche une solution, on va presque automatiquement sur Google. Par conséquent, l’avantage du référencement naturel implique un trafic extrêmement qualifié et ciblé

Imaginons que tu vendes des trottinettes électriques. Alors, soit tu vas chercher des clients potentiels sur Facebook, sans qu’ils cherchent eux-mêmes ce produit. Ou bien, tu peux attendre tranquillement que ceux qui en recherchent te contactent. Si tu es bien placé, automatiquement, on va te contacter. 

En résumé, il reste particulièrement difficile de cibler une clientèle sur Facebook. Toutefois, sur Google, lorsque celle-ci recherche un produit que tu peux fournir, tu peux leur apparaître rapidement

Alors, la réponse est oui, le SEO est extrêmement utile aujourd’hui encore. D’ailleurs, cela concerne aussi énormément d’entreprises. Alors, je te conseillerais de jouer sur les deux. Si tu peux investir dans la publicité, tout en construisant ton référencement, tu pourras assurer une certaine pérennité. 

Quelques notions de base sur le référencement naturel

Souvent perçu comme un principe complexe, le référencement naturel se résume pourtant à un triptyque : la technique, la pertinence et la popularité de ton site. 

Au centre, lorsque tes trois signaux sont forts aux yeux de Google, ton site sera bien positionné. Car il ne faut pas oublier que le but de Google reste de montrer un résultat correct à la personne qui recherche. 

#1 – La Technique

Cette partie n’est pas la plus difficile, mais bien celle qu’il faut soigner au début. Par la suite, il s’agit surtout de la mettre à jour de temps en temps, sans que cela soit le plus important. 

Pour cela, il est essentiel que ton site soit rapide et donc codé correctement. En faisant appel à une agence, la tâche a fort probablement été effectuée décemment. 

Si tu as utilisé des outils en ligne tels que WordPress, en général, cela ne devrait pas poser de problème. Du moins, si tu n’as pas ajouté trop de plugins, qui ralentiraient ton site. Aussi, le serveur choisi pour héberger ton site va jouer. Tout simplement, car pour les visiteurs en France, un serveur au fin fond de l’Amazonie sera évidemment bien moins rapide qu’un autre de qualité à Paris. Mais aussi, être seul(e) ou presque sur ton serveur va aussi certainement aider. 

Enfin, une fois cet aspect résolu, il faut aussi s’assurer qu’il n’y ait pas de virus sur ton site. Ainsi, lorsque tu arrives sur ta page, tout doit s’afficher correctement. Car Google parvient à détecter de nombreux virus et autres sites malveillants. Ainsi, si ton site a été piraté, à l’évidence, Google aura du mal à le présenter aux visiteurs. 

Contre cela, le site en “https” peut déjà donner un bon signal. Depuis 2018, Google prend ce facteur en compte. 

Tout comme la lecture du site sur mobile, de plus en plus de visiteurs étant sur leur smartphone. En effet, de plus en plus de visiteurs utilisent un mobile. Par conséquent, Google doit alors impérativement le prendre en compte. 

#2 – La Pertinence

Cela signifie que lorsque le visiteur pose sa question à Google, comment celui-ci va-t-il juger le ou les sites correspondants à sa demande

Tout d’abord, il va analyser ton contenu et la qualité de celui-ci en commençant par la longueur. Effectivement, avec quelques mots seulement, cela sera tout de suite moins important qu’avec un article de plusieurs milliers de mots. Aujourd’hui, on recommande un minimum de 1500 mots par article. D’ailleurs, plus généralement, les longs articles seront mieux classés.  

En parallèle, il faut aussi savoir présenter son texte en l’aérant, en le structurant. Aussi, on peut l’enrichir grâce à des médias tels que des images ou bien des vidéos. 

Autre critère important pour Google, il s’agit du taux de rebond. Tout simplement, ce sont ces visiteurs qui, en cherchant sur Google, restent sur ton site ou bien reviennent sur la page de recherche pour voir un autre site. En toute logique, moins il y a de retours sur la page de la recherche, plus Google considéra que le travail a été fait. 

Puis, bien entendu, les mots-clés sont à soigner. Car si tu souhaites vendre un produit, sans toutefois en mentionner le nom autant de fois que nécessaire, alors Google ne va même pas comprendre ce que tu cherches à vendre. 

Par conséquent, les mots-clés et leurs variantes sont bien une composante essentielle. De préférence, il faut commencer par les placer dans les titres. De cette manière, le sujet de l’article est évident, notamment pour Google. Puis, il faudra aussi les mettre dans le texte, mais aussi par le biais des images et de leur titre. Enfin, mieux vaut ne pas oublier l’URL de l’article. Puisque celui-ci peut aussi être optimisé grâce au mot-clé. A noter que Google garde une préférence pour un URL relativement court. 

Ainsi, tout est lié. Puisque plus ton contenu est long, plus tu auras l’occasion de placer ton mot-clé. 

#3 – La Popularité

Enfin, vient le principe de popularité de ton site

En considérant que ton site est bien construit et pertinent, Google en conclut qu’il est à montrer aux visiteurs. 

Seulement, comment Google peut-il estimer la popularité d’un site ? Car cet élément tendancieux reste un de ceux sur lesquels tu vas pouvoir jouer. 

Tout d’abord, Google va vérifier si l’on parle de ton site en analysant certains signaux. A commencer par la viralité de celui-ci. Par exemple, s’il est partagé sur les réseaux sociaux, cela va pencher en ta faveur. 

Comment s’expliquent les liens ? 

Toutefois, ce qui est et a toujours été au-dessus de tout cela n’est autre que le lien entrant. C’est-à-dire lorsque des sites partenaires donnent un lien vers ton site. Si d’autres sites parlent de ton site, les chances que cela soit en bien sont particulièrement élevées. Du moins, aux yeux de Google. 

Pour le lien entrant, la qualité et le volume du lien sont deux facteurs à prendre en compte. 

Ensuite, on peut aussi augmenter sa popularité grâce à ce que l’on appelle le “backlink”. En d’autres termes, cela correspond à amener des sites autour de toi à faire des liens vers ton site. A l’arrivée, idéalement, l’ensemble de ces sites partenaires regroupe des réseaux sociaux et autres types de sites. Grâce à ces dizaines, voire même plus, de sites “partenaires”, tu sais que ton site est considéré comme populaire par Google. Toutefois, mieux vaut bien faire les choses, notamment dans cette situation. 

Maintenant, pour aller plus loin, il existe deux types de liens : NoFollow et DoFollow. Quand Google a remarqué que certains créaient vers leur propre site, la balise NoFollow a été générée. Celle-ci indique que l’on peut faire un lien vers un autre site en ajoutant toutefois un paramètre, celui de ne pas être pris en compte dans le référencement Google. De plus en plus de liens sont en NoFollow, même si le paramètre DoFollow est donné par défaut. Ici, ton objectif est bien d’avoir des liens en DoFollow, des liens transmetteurs de “jus”, ou de puissance. Au contraire des liens en NoFollow, qui n’en donnent pas ou peu. 

Qu’est-ce que l’ancre de lien ? 

Puis, on retrouve aussi ce que l’on appelle communément les “ancres de lien”. Il s’agit simplement du mot ou groupe de mots sur lequel le lien est posé. Il existe plusieurs sortes d’ancres de lien, à commencer par les suivants :

  • l’URL, soit l’adresse du site insérée telle quelle, comme www.otaket.com
  • la marque ou nom du site, tel que Amin de Otaket
  • le mot-clé, comme par exemple webmarketing
  • la longue traîne, expression liée au sujet, comme quelle formation en ligne pour lancer un blog rapidement
  • ou bien, une ancre plus générique, telle que voir le site ou bien en savoir plus

Ce dernier est surtout utile pour rendre l’ancre totalement naturelle. Car si mettre celle-ci sur le mot-clé semble idéal, en réalité, Google favorisera aussi ton référencement si tu “dilues” les ancres. 

Pour répartir au mieux, je te recommanderai d’insérer les ancres de manière à avoir 20 à 30% sur l’URL et 40 à 60% au nom de ta marque. Quant au reste, elles devraient idéalement être disséminées entre les longues traînes (10%), les génériques (5 à 10%) et pas plus de 5% sur le mot-clé. En résumé, l’idée est de jouer sur tous les terrains, sans se focaliser sur un seul. 

Qu’est-ce que la longue traîne ? 

En résumé, il faut savoir que, sur un seul mot-clé, si la recherche est élevée, la concurrence l’est aussi. Ainsi, une expression composée de deux ou trois mots-clés implique ainsi une certaine amélioration. 

Puis, on retrouve la longue traîne, expression très précise de plusieurs mots, dont le(s) mot(s)-clé(s). Ainsi, ton référencement est facilité, car moins de personnes vont se focaliser sur cette longue traîne précisément. Aussi, plus tu vas avoir un long contenu et de qualité, plus tu vas pouvoir travailler la longue traîne de manière naturelle pour les internautes. 

En parallèle, on retrouve aussi le facteur de niveau de maturité de l’internaute. Cela sous-entend que, sur un seul mot-clé, comment savoir ce que recherche l’internaute ? Prenons l’exemple du mot-clé “trottinette électrique” : comment avoir la certitude que l’internaute veut en acheter ? Par contre, si la recherche est “acheter une trottinette électrique noire et bon marché”, c’est une autre histoire. De ce fait, même si les visiteurs sont moins nombreux, ils sont bien plus amenés à acheter. Ce qui est beaucoup plus ciblé et donc intéressant pour ton activité. 

Dans l’idéal, il faut bien entendu cibler les mots-clés simples. Cependant, il est tout aussi essentiel de travailler la ou les longues traînes

Comment booster son référencement ? 

Après la théorie, comment référencer son site sur Google en pratique ? 

Comme expliqué au début, on peut très rapidement augmenter son référencement. Du moins, en poussant à l’extrême, ce qui peut entraîner une descente toute aussi rapide. Cependant, en y travaillant selon l’adage “doucement mais sûrement”, la construction sera sur le long terme

Dans cette optique, nous allons voir ensemble quelques astuces pour placer tes liens et ainsi, améliorer ton référencement. 

Mais avant cela, voici quelques recommandations pour s’assurer d’excellentes bases. 

  • Attention à la sur-optimisation : lorsque tu écris un article, rien ne sert de répéter des centaines de fois le mot-clé. En effet, il faut que cela reste naturel. Donc, n’intègre pas tes mots-clés trop souvent. Que cela soit dans tes liens, dans tes ancres ou bien dans le contenu en lui-même. 
  • Avoir une vision long terme : comme expliqué précédemment, le référencement se construit progressivement, pierre par pierre. Généralement, cela peut prendre plusieurs années pour obtenir une rentabilité ainsi qu’une visibilité, mais alors solides et puissantes. 
  • Privilégier la qualité : aujourd’hui, que cela soit dans ton contenu ou bien les liens insérés, il est impensable de négliger la qualité. En effet, si le premier semble évident, les liens aussi peuvent être de qualité diverse. Par exemple, un lien vers ton site à partir de sites tels que Le Monde ou bien Wikipedia sera inestimable. A noter que, bien au contraire, les publicités proposant des centaines de liens vers ton site pour quelques euros sont à bannir absolument, lesdits liens étant de qualité si médiocre qu’ils peuvent te faire bannir. 
  • Le contenu est plus important : dans la majorité des cas, un site de qualité sera une réussite, même si cela prend du temps. En répondant aux questions des internautes et en leur apportant un contenu qualitatif, cela finira par prendre. Certes, de bons liens entrants sont aussi d’excellents facteurs de succès ici. Idéalement, les deux sont à soigner en complément l’un de l’autre. Mais, s’il fallait choisir, le contenu prendra alors le dessus. Car en lisant les articles, tes visiteurs vont y trouver une certaine satisfaction. Ils seront donc dans de bien meilleures conditions pour acheter

Comment trouver un mot-clé ?  

Pour commencer, il existe l’outil Uber suggests, que l’on peut justement trouver via Google. 

Alors, il suffit d’insérer le mot du produit que tu vends. Apparaîtront alors des informations relatives aux recherches associées, comme le volume. Ou bien encore une liste de suggestions de mots-clés, contenant ou non le mot inséré par tes soins. En cliquant sur cette liste, tu auras aussi une meilleure idée du volume mensuel, du coût par clic avec la publicité Adwords, la difficulté pour te placer en faisant du trafic payant et celle en trafic gratuit. Puis, pour chaque suggestion, tu peux aussi voir les sites référencés et des informations complémentaires. 

Puis, il existe un autre outil, répondant au nom de Answer the Republic. Il génère toutes les questions et expressions que les internautes peuvent se poser autour d’un sujet. Celles-ci sont organisées par pronom interrogatif, préposition, etc. Ainsi, tu obtiens une liste particulièrement riche de nouveaux mots-clés, que tu peux exporter et enregistrer. 

Enfin, pour évaluer le nombre de requêtes, tu peux utiliser l’outil Google Keywords Planner, soit le planificateur de mots-clé Google. Tout simplement, il s’agit des publicités apparaissant sur Google Adwords. A priori cependant, mieux vaut noter que, sans publicité active, les chiffres sont moins précis. D’utilisation simple, il suffit d’insérer les mots-clés, puis de choisir “statistiques historiques” et “nombre moyen de recherches mensuelles” pour avoir les chiffres pouvant t’intéresser. Attention, en dessous de 100 recherches mensuelles, cela ne devient plus intéressant. 

En combinant ces outils, tu parviendras obligatoirement à trouver des mots-clés étudiés, avec un réel potentiel. Le premier, pour avoir une idée rapide des mots-clés, le second pour en générer et le troisième pour en avoir le volume exact

Comment faire pour placer des liens ? 

Après tous ces éléments nouveaux, nous voilà désormais arrivés à la question de l’insertion des liens. L’objectif premier restant d’obtenir des liens de l’extérieur amenant à ton site. Seulement, comment faire pour placer ceux-ci

En réponse, il existe les solutions suivantes :

  • liens internes : lorsque tu as des pages importantes sur ton site, il ne faut pas hésiter à créer des liens sur d’autres pages pour faire remonter aux premières. 
  • annuaires : aujourd’hui moins recommandés, certains annuaires où référencer son site restent de qualité. Tu pourras facilement trouver ceux-ci par le biais de Google. 
  • commentaires de blog : de la même manière, ils restent une méthode plus ancienne, fonctionnant moins de nos jours. Cependant, tu peux toujours les utiliser parfois, de manière aussi naturelle que possible. Pour cela, autant commencer par trouver un blog de ta thématique, par exemple avec SEO Footprints. Notamment sur les articles WordPress, tu pourras laisser ton nom, ton email et ton site internet, le premier devenant ton ancre. Comme mentionné plus haut, cela reste une excellente manière de diluer ton profil
  • articles invités : pourquoi ne pas demander à l’auteur d’un blog que tu suis de publier un article contenant un lien vers ton blog ? Dans ce cas, tu peux par exemple proposer d’écrire cet article. Ce qui lui fait du contenu gratuit par la même occasion. 
  • articles sponsorisés : Dans le cas où les articles invités ne sont pas possibles, qu’en est-il des articles sponsorisés ? Il s’agit de la même chose, sauf qu’il faudra payer pour insérer un lien

Combien coûte le référencement ?

Bien souvent, on pense que tout ce qui est relatif au SEO est gratuit. Pourtant, le coût est bien là, même s’il s’agit avant tout de temps, notamment pour préparer le contenu

Puis, parfois, il faut investir de l’argent, par exemple pour écrire les contenus si tu n’en as pas la possibilité. En France, on compte en moyenne 25 euros pour 1000 mots. En ce qui concerne les articles sponsorisés, tout dépend de la grosseur du blog. Pour le début, avec des petits liens, on peut estimer une fourchette de prix de 30 à 50 euros. Seulement, les prix montent rapidement, en particulier sur les plus gros blogs où tu peux facilement payer 1000 euros pour avoir un lien, ce qui reste pourtant rentable. 

Pour avoir un article sponsorisé, tu peux d’abord demander directement au blogueur. Ou bien, tu peux passer par une plateforme, comme Rocketlinks ou Semjuice, que j’utilise de temps à autre. Ou encore, Backlinks ou VIPSEO, qui sont plus privées que les deux premières. Tu peux alors leur “commander” plusieurs liens et ce sont eux qui contactent les webmasters. 

Le référencement en conclusion

Pour finir, le référencement naturelle est tout à fait légal, sans toutefois aller trop loin et faire des erreurs. Toutefois, cela reste contre les règles de Google, qui n’apprécie pas cela. En d’autres termes, si jamais tu pousses et forces, tu pourrais alors être déclassé(e)

Seulement, Google n’a aucun moyen de savoir pourquoi le lien dans un article d’un autre site a été inséré. S’il s’agit d’un blogueur ami, d’un qui aime bien ton contenu, ou bien d’un autre que tu as payé. 

C’est à toi de rester subtil, d’être correct et propre pour attirer grâce à Google des centaines, voire des milliers de visiteurs tous les mois. Même si cela exige du temps, des efforts et autres investissements réguliers, à terme, cela va payer.