Depuis quelques années, j’ai réussi à surmonter cette peur. Mais cela n’est pas le cas de tout le monde. En effet, lorsque je regarde autour de moi, beaucoup de gens ont peur de se simple mot « non ». Ils ont peur de le dire, et pire, peur de se l’entendre dire.

La peur du refus

La majorité des personnes, et c’est normal, n’aiment pas lorsqu’on leur refuse quelque chose. Et donc, elle n’osent même plus demander. Que ce soit un service anodin, ou une chose importante, parfois il suffirait de demander mais on n’ose pas.

Lorsque je faisais du MLM, on devait faire des clients. Même si les clients étaient en général dans notre cercle de contacts, cela restait de la prospection. Et on m’a dit une chose qui est donc valable pour toutes les activités de prospection :

Si tu n’a pas assez de personnes qui t’ont dit « oui », c’est que tu n’as pas assez de personnes qui t’ont dit « non ».

Si vous avez une activité commerciale ou de prospection, il faut bien garder cette règle en tête. Plus vous aurez de refus, plus vous aurez de chance de trouver les quelques personnes qui vous diront « oui » et qui suffisent généralement à atteindre vos objectifs.

Mais la peur du refus est normale, personne n’aime se voir refuser quelque chose. Cependant, ce qui n’est pas normal, selon moi, c’est d’accorder trop d’importance à ce refus.

avoir peur du refusPar exemple, lorsque vous devez arrêter des gens dans la rue (pour un sondage, une pétition, un appel au don, etc) … Vous savez que la majorité des gens n’ont pas le temps et/ou ne voudront pas prendre le temps de vous parler.

Mais pourtant, au début, vous sélectionnez les gens que vous allez arrêter en essayant de minimiser les risques de refus :

  • « Hum … Lui il n’a pas le temps ça se voit »
  • « Euh… Elle, elle est pressée, elle va pas s’arrêter »
  • « Lui, il a l’air méchant … »
  • « Ah… voila je vais arrêter cette personne »

Et pourtant cette personne n’a pas non plus le temps et ne s’arrête pas pour vous. Vous devez donc recommencer votre processus de sélection. Vous avez perdu 10minutes.

Dans ce cas, il suffirait d’arrêter TOUTES les personnes que vous croisez. En 10 minutes vous auriez certainement récolté une vingtaine de « non », certes. Mais aussi plusieurs personnes qui auraient dit « oui ».

Vaincre la peur du NON

En général, plus le temps passe, plus vous vous rendez compte que « ce n’est pas grave » de recevoir un refus. Pour ma part, lorsque je dois parler à des inconnus pour une raison ou pour une autre je pars du principe que je n’ai rien à perdre :

  • Si il répond oui : j’aurais eu ce que je voulais rapidement.
  • Si il répond non: je ne le connaissais pas avant de l’arrêter, je ne le connaîtrai pas après. C’est tout.

En vous forçant un peu au début, cela deviendra vite une habitude. Et lorsque vous aurez quelque chose à demander, vous le demanderez directement, c’est tout, sans avoir peur de vous entendre dire non. Et vous obtiendrez ainsi plus rapidement ce que vous voulez.

Je n’avais pas prévu que l’article soit aussi long pour cette première partie. Donc dans la deuxième partie sur « oser dire non » sera dans un prochain article. Très bientôt.

En attendant, n’hésitez pas à partager dans les commentaires si vous avez peur du refus, ou si vous avez des méthodes pour surmonter cette peur.